La memoria del Concorde

concorde

Todo comenzó en la biblioteca de mi casa. Era el Google a la mano y de la época. La biblioteca estaba distribuida en el cuarto de tele…

Seguir leyendo “La memoria del Concorde”

Anuncios

Allons voir si la rose…

Mignonne, allons voir si la rose

et oui…la premiere poesie que je me souvient un peu, grace a elle, j´ai pu lui dire a une belle fille que je voulait quelque chose avec elle…mefin!

 

Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Pierre de RONSARD (1524-1585)